L’interprétation des rêves est un art subtil qui demande une grande ouverture d’esprit et une analyse très circonstanciée de l’ensemble de la scène vécue oniriquement.

 

De nombreuses croyances et superstitions ont fort malheureusement réduit l’interprétation des rêves à des prédictions de l’avenir basées sur une grille de lecture simpliste et dont les définitions sont sorties de tout contexte. Tandis que l’inconscient a diverses façons de nous communiquer son propos, les rêves doivent être analysés sous plusieurs angles. Cet article vous propose de vous guider grâce à 8 clés, 8 pistes de réflexions qui vous permettront de mieux comprendre la signification des messages transmis par votre inconscient durant votre sommeil.

 

Clé n°1 : la contextualisation

Il ne faut pas dissocier un élément du reste du rêve et ne pas l’étudier séparément pour lui donner un sens. Il faut au contraire prendre en compte l’élément au sein de l’événement qui s’est déroulé ainsi que l’environnement dans lequel il est mis en scène. Ensuite, il est nécessaire de considérer l’état de l’élément, par exemple une fleur séchée ne représentera pas la même chose qu’une fleur plantée ou une fleur coupée. Ibn Sirine, penseur musulman de la fin du 7ème / début du 8ème siècle auteur de l’ouvrage “Le Grand Livre de l’Interprétation Des Rêves”  ayant marqué la tradition islamique en matière d’interprétation des rêves, recommandait de lier les symboles entre eux en utilisant des jeux de mots, ce qui nous amène à la clé n°2

 

Clé n°2 : la phonétique des objets

L’inconscient utilise parfois un langage par association d’idée. Il n’est pas incongru dans certains cas d’interpréter un rêve comme un jeu de rébus. Sigmund Freud a apporté une nouveau regard sur l’interprétation des rêves et contrairement à ses prédécesseurs qui se concentrent sur les aspects manifeste du rêve, le père de la psychanalyse parle lui d’un “contenu latent”. Le passage du latent au manifeste apparait comme une opération de traduction comme on le ferait avec une suite de mots. La scène du rêve est alors une transposition des pensées du rêve dans un autre mode d’expression. Une méthode simple consiste pour débuter dans cette forme de lecture : prononcez le mot et cherchez des homonymes, il se peut que l’un d’entre eux ait une chose à vous dire.

 

Clé n°3 : l’analyse des personnages

Deux catégories de personnages font leur apparition dans les rêves : ceux que l’on connait, nos proches, nos amis, nos collègues… et ceux que nous inventons. Dans la plupart des cas ces deux catégories nous parlent de ce qui nous relie à eux. Il s’agit d’un point commun, d’une expérience ou d’un aspect de sa vie ou de sa personnalité que l’on partage avec une personne qui fait partie de notre entourage. Par exemple, une femme approchant la quarantaine célibataire sans enfants, qui se préoccupe fortement de son désir de grossesse va rêver d’une voisine, d’une collègue qui se trouve dans une situation similaire. Dans ce cas le sens du rêve se réfère à l’angoisse liée à son désir d’enfant même si le déroulé du rêve parait très éloigné du sujet. Il convient ensuite d’analyser le contexte de la scène onirique afin d’en comprendre le sens caché. Il existe plus rarement des cas où rêver de quelqu’un doit être interprété au sens strict, la personne est représentée alors par elle-même, c’est l’interaction que l’on a avec elle durant le rêve qui nous en informe. Concernant les personnages que nous ne connaissons pas dans la vie éveillée, ils représentent une part de soi, un aspect de sa personnalité personnifié en un être dont les atours, les attributs donneront des indications sur sa nature. Il convient dans ce cas de prêter attention au physique, aux vêtements, aux couleurs que porte ce personnage, les initiales de son nom sans oublier ce qu’il dit. En effet le contenu du dialogue si il y a, va enrichir de nouveaux éléments l’interprétation, ce qui nous amène à la clé n° 4.

 

Clé n°4 : les paroles et les dialogues

Notre inconscient converse avec nous par le biais des images mais aussi par le biais du langage. Rêver de dialoguer avec quelqu’un en rêve représente presque toujours un dialogue avec soi. Notre âme a parfois des choses à nous dire et prend la voie du rêve afin de nous révéler notre vérité. Dans certains cas un dialogue avec un personnage est une conversation avec son Égo, une projection positive ou négative que l’on se fait de nous à travers la représentation d’un personnage plus ou moins caricatural. La scène jouée par le personnage forcera le trait d’une vue de notre esprit sur ce que l’on croit paraître malgré ou grâce à nous. Ce qu’il dit en rêve est à méditer aussi longuement que possible, il s’agit d’un précieux conseil.

 

Clé n°5 : le vécu et les souvenirs

Les plus rationalistes disent que le rêve n’est qu’une rémanence des éléments vus ou événements vécus durant l’éveil et si ils n’ont pas complètement raison ils n’ont pas tort non plus. Pendant le rêve notre inconscient restitue des expériences vécues afin de les mémoriser et les archiver, il les met en scène selon les instructions données par le filtre de nos pensées. Parfois ce sont des souvenirs lointains qui viennent au jour par le biais du rêve, ils peuvent advenir sous forme de paroles d’une vieille chanson, d’un objet ou de la maison de son enfance… L’interprétation de ces rêves nous amène à repenser ces souvenirs mais surtout à ce qui nous lie aujourd’hui à eux afin d’en extraire un sens. Quels sont nos ressentis face à ces expériences, ces souvenirs ? Pourquoi sont-ils si importants malgré parfois leur apparente insignifiance ? Il s’agit ici d’une invitation à porter, et sûrement même changer, son regard sur ce vécu.

 

Clé n°6 : les symboles et les archétypes

L’humanité s’est servi du symbole pour créer le langage, et l’inconscient de l’individu rejoint souvent l’inconscient collectif en matière d’iconographie. L’imaginaire collectif se construit de symboles profondément ancrés dans la psyché des individus. C’est ce que Carl Gustave Jung, psychiatre zurichois, a pensé comme “Archétypes”. Mais attention, les archétypes ne sont pas des symboles universels, chaque culture, chaque civilisation possèdent son propre imaginaire symbolique. Certains dictionnaires des rêves répertorient de façon assez pertinente un bon nombre de symboles oniriques, les consulter peut s’avérer utile pour aborder le rêve à travers une définition iconique de ces éléments. Les symboles oniriques ne sont pas toujours archétypiques, chaque personne possède son propre référentiel en terme de signification, l’inconscient puise sa créativité dans plusieurs sources : son vécu, son désir, sa culture, ses croyances…La capacité en terme d’associations d’idées proposée par l’inconscient du rêveur est remarquable.

 

Clé n°7 : le sens des couleurs

Souvent les couleurs en rêve ont leur importance et nous parlent aussi. C’est le cas lorsque la couleur s’impose par une vivacité particulière, par un caractère insolite, ou par une présence significative. Intuitivement lorsqu’on y songe, c’est une forme d’étrangeté et de mystère qui nous frappe. La couleur a ses codes, chaque couleur est un symbole en soi par l’impression qu’elle nous laisse, par l’imaginaire qu’elle véhicule. Mais la signification des couleurs en rêve doit surtout être lue à travers son propre référentiel symbolique. Par exemple, un homme ayant rêvé de tenir à la main un casque jaune s’est soudain rendu-compte en l’analysant que la teinte de ce jaune était la couleur du logo de la société pour laquelle il travaillait, il compris que le message était en rapport avec sa vie professionnelle.

 

Clé n°8 : le sens des nombres

Nous arrivons à la dernière clé et pas des moindres. Il est assez peu fréquent que des chiffres, des nombres se manifestent en rêve et lorsque cela arrive c’est rarement anodin. Il s’agit donc d’y prêter la plus grande attention. Les chiffres peuvent apparaitre sous des formes variées : l’heure donnée par une horloge, une date, un nombre lu ou entendu. Une méthodologie de lecture qui donne souvent des indications intéressantes est le Yi-King et les définitions de ses hexagrammes. Le rêve est aussi le lieu de manifestation de synchronicités, les dates nous communiquent des informations cruciales pour nous aider à réaliser notre destinée. Parfois les suites de chiffres en rêve évoque un trauma :  une jeune femme avait rêvé qu’elle se trouvait face à la porte entrouverte d’une chambre d’hôtel portant le numéro 406, en y repensant, elle réalisa que le 4 juin 2006 elle avait échoué son diplôme et n’avait pu envisager de faire la carrière qu’elle avait souhaité, ce qui lui laissait encore à ce jour une amertume refoulée qui lui empoisonnait l’existence. Ce rêve était une invitation à repenser cette étape de sa vie et peut-être retenter sa chance.

 

LIRE AUSSI :

La signification des couleurs dans les rêves

Que signifient les rêves récurrents ?

Pourquoi et comment se souvenir de ses rêves

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *