Un rêve lucide est une expérience onirique dans laquelle vous agissez et contrôlez en conscience les événements qui surviennent lors de votre rêve.

 

Havelock Ellis, médecin psychologue britannique avait dit : ” Les rêves sont réels – tant qu’ils durent. “

 

Ce n’est qu’au réveil que le rêveur comprend qu’il s’agissait d’un rêve au grand dam de celui qui venait d’avoir une expérience onirique agréable et pour son plus grand soulagement si il s’agissait d’un cauchemar ! Les rêves lucides sont un curieux champ qui se trouve à la lisière du conscient et de l’inconscient.

 

Qu’est ce qu’un rêve lucide ?

Vous vous demandez ce qu’est exactement un rêve lucide, ce terme paraissant en soi contradictoire du fait qu’en principe lorsque nous rêvons, nous dormons ce qui est en principe incompatible avec la notion de lucidité. Ce pourquoi beaucoup de personne pensent ne comprennent pas vraiment ce phénomène qui pourtant s’explique de façon très rationnelle. Il s’agit d’un rêve qui présente la particularité d’être partiellement voire, avec l’expérience, totalement contrôlé , dirigé par le rêveur. Comment ? Et bien le rêveur a conscience qu’il rêve et les actions qu’il veut effectuer se manifestent plus ou moins comme il l’a décidé.

 

Rêve et cerveau

Pendant le sommeil, les aires visuelles du cerveau sont mis en veilleuse et les sens ne transmette aucune information au cerveau. Paradoxalement, le cerveau forme quand même des images dans d’autres aires cérébrales, ces aires semblent fonctionner totalement indépendamment de ces aires primaires régissant la vision. Afin de mieux comprendre ce phénomène, on peut le mettre en parallèle avec le phénomène de l’imagination : et oui quand on ferme les yeux que l’on crée un scénario ou que l’on se remémore un souvenir, nous visualisons aisément des scènes, des images. Or dans la cas du rêve cette visualisation ne se fait pas volontairement alors comment se crée le rêve ?

Ce que la science sait à ce jour, c’est que le lobe préfrontal est l’élément du cerveau qui gère la cohérence des informations qui vienne à nous et ce lobe est aussi désactivé pendant le sommeil. Le rêveur de ce fait n’est pas en capacité de faire la différence entre ce qui est vrai, ce qui est faux, ce qui probable et ce qui est matériellement irréalisable. La notion de cohérence n’est plus valable pendant cette phase de repos d’où le fait que la plupart des circonstances de nos rêves n’ont ni queue ni tête et défient les lois de la logique.

 

Rêve et conscience

Comment alors est-il possible qu’un phénomène aussi étrange existe ? Comment concevoir que nous puissions faire un rêve pendant lequel nous avons parfaitement conscience que nous sommes en train de rêver ?

On retrouve des témoignages dans l’histoire d’illustres penseurs comme Aristote ou Descartes évoquant le rêve lucide, néanmoins son existence est toujours à ce jour accueillie avec beaucoup de réserve et de scepticisme. En effet, le concept de ” sommeil conscient ” parait si paradoxal que certains ce sont attelés à démontrer que le ” rêve lucide ” est une absurdité irréaliste.

Les témoignages de rêves lucides rapportent que les rêveurs se sentaient en pleine possession de leurs facultés d’analyse et d’action. Le raisonnement pendant le rêve est clair, la construction des cohérences s’opèrent comme dans la vie éveillé, des analogies et corrélations entre événements survenus dans le rêve et dans la vie éveillée sont possibles, des plans d’actions sont parfois mis en place pendant le rêve alors que le rêveur n’en est pas moins endormi !

Une équipe de chercheurs en neuroscience de Stanford a entrepris à la fin des années 70 de mener une série d’expérience basée sur les mouvements oculaires afin de prouver l’existence de ces rêves atypiques. Cette technique était fondée sur des recherches antérieures menées par William Dement et H. P. Roffwarg, qui avaient démontré que les directions des mouvements oculaires enregistrées durant le sommeil paradoxal coïncidaient parfois avec les orientations du regard en rêve rapportées par les sujets. Une technique presque identique de signalisation par mouvements oculaires a été développée de manière indépendante en Angleterre. Des recherches menées dans plusieurs autres laboratoires ont abouti essentiellement aux mêmes résultats, montrant clairement que si le rêve lucide est apparemment paradoxal, son existence est démontrée.

Selon Stephen Laberge, fondateur de la lucidity Institute, centre de recherche sur le sommeil de l’université de Stanford, aux Etats-Unis, au cours d’une série de recherches ultérieures, le groupe de recherche a mis en évidence que, généralement, les rêveurs deviennent lucides soit aussitôt après un retour au sommeil paradoxal succédant à un bref réveil, soit lors de périodes d’activation assez intense au cours du sommeil paradoxal ” phasique “. On a trouvé aussi que les rêves lucides se produisaient plus fréquemment au cours des dernières périodes de sommeil paradoxal. Il ressort que le rêve lucide résulte de la conjonction de facteurs psychologiques et physiologiques: une activation cérébrale suffisante et une attitude mentale appropriée. Le niveau requis d’activation cérébrale ne peut normalement être atteint qu’au cours du sommeil paradoxal phasique, ce qui expliquerait pourquoi il est rarement fait état de rêves lucides au cours des autres stades du sommeil. Beaucoup de rêveurs lucides déclare avoir une préparation quotidienne et se fixent des objectifs de plus en plus complexe à réaliser dans leurs rêves.

 

Les vertus du rêve lucide

Parce qu’ils savent que le monde onirique est purement imaginaire, les rêveurs lucides possèdent une maîtrise tout à fait remarquable du contenu de leurs songes: ils peuvent le transformer en faisant apparaître ou disparaître à volonté des éléments oniriques, par exemple et transgresser les lois physiques comme voler ou traverser les murs. En fait, le rêve devient lucide lorsque le rêveur s’interroge sur les anomalies du contenu onirique et parvient à la conclusion qu’il s’agit d’un rêve. Bien que pour la majorité des gens le rêve lucide demeure une expérience assez rare il est une faculté qui peut faire l’objet d’un apprentissage. Ses manifestations les plus courantes sont dans le cadre de cauchemar, lorsque le rêveur réalise qu’il ne s’agit que d’un rêve et de ce fait se réveille immédiatement soulagé de ses peurs. En revanche, le rêveur qui se réveille pour échapper à son cauchemar ne fait probablement qu’en partie un rêve lucide. Le rêveur pleinement lucide, lui, a conscience que son cauchemar est aussi inoffensif qu’un film d’horreur; et, de ce fait, il continue à rêver, affronter ses peurs cauchemardesques et parvient à les surmonter. Il se réveille alors avec une confiance accrue en lui-même et, peut-être, avec une peur moins irrationnelle, ce qui fait du rêve lucide une méthode intéressante lorsqu’elle est plus ou moins maitrisée pour guérir de ses phobies ou exorciser des craintes réelles ou supposées.

 

LIRE AUSSI :

Rêver sans dormir grâce au rêve éveillé libre

Les théories et découvertes scientifiques sur le rêve

 

 

Catégories : Rêves et psychologie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *