Notre époque moderne s’est résolue à étudier un concept  pourtant aussi ancien que l’humanité elle-même, la perception extra-sensorielle. Depuis toujours, ces phénomènes extraordinaires que sont les facultés paranormales de l’homme se sont manifestées de façon sporadique sauf pour quelques privilégiés qui ont été selon les lieux et les époques prophètes, chamans, sorciers ou médiums. 

 

Les chercheurs américains Montague Ullman, Stanley Krippner et Alan Vaughan se sont intéressés vers la fin des années 60 à la télépathie par le rêve qu’ils ont étudiée en laboratoire. Des phénomènes comme la télépathie ou la précognition seraient d’après ce collège d’universitaires à envisager selon des perspectives physiologique et psychologique. Les expériences qu’ils ont menées au Maimonides Center de Brooklyn prouvent l’importance de la relation qui s’établit entre celui qui transmet une idée et celui qui s’efforce de la capter. Il a cependant été établi durant ces expérimentations que certains détiennent plus que d’autres d’extraordinaires pouvoirs psychiques. En revanche, si le phénomène a été de nombreuses fois constaté et reproduit, le fonctionnement du mécanisme demeure encore à ce jour un phénomène mystérieux.

Le terme “télépathie” fut créé en 1882 par Frederick Myers pour décrire la communication à distance. Il ne recouvre pas seulement la transmission de pensée entre des personnes physiquement éloignées mais aussi l’échange d’émotions plus ou moins définissables. Parmi les théories qui pourraient donner un éclairage face à cette question, la plus attrayante est celle de Carl Gustav Jung sur la synchronicité. La physique quantique et le phénomène d’intrication qu’elle a révélée propose également une piste de réflexion séduisante avec l’apport d’une conception révolutionnaire de la notion d’espace-temps.

 

Rêves extraordinaires : entre prémonitions et télépathie

” De Gaulle mourra dans l’année…” : un matin du mois de novembre 1969, Malcom Bessent, un sujet spécialement venu d’Angleterre pour travailler avec le Dr Ullman, s’éveille en prononçant cette phrase. Le 10 novembre 1970, exactement 11 mois plus tard, le général De Gaulle s’éteignait, emporté par une crise cardiaque. Bien qu’ils défient la raison, le temps et l’espace, les hommes s’obstinent pourtant à rêver d’événements à venir et d’informations qu’ils ne pouvaient connaitre autrement.

Psychanalyste comme Freud, le Dr Ullman remarqua que certains de ses patients qui lui confiaient leurs rêves, offraient des détails qui touchaient de près à sa propre vie privée. Les informations révélées n’avaient pu être obtenues autrement que par la télépathie. Aussi, il entreprit de mettre au point avec des confrères une série de tests en laboratoire et les résultats furent hallucinants ! Sa méthode a permis d’améliorer la communication télépathique entre émetteurs (agents) et receveurs (percipients) afin d’en découvrir les tenants et aboutissants.

 

Un lien émotionnel fort entre deux individus favorise les rêves télépathiques

Il en est notamment ressorti, lors de rêves télépathiques spontanés, qu’un lien émotionnel fort entre les individus favorisait significativement la transmission d’informations. On ne compte du reste même plus les témoignages relatant ce phénomène de communication à distance ou de précognitions entre parents et enfants, souvent lors de circonstances dramatiques. Plus de la moitié des cas répertoriés dans l’ouvrage “La télépathie par le rêve” de Dr Ullman, Dr Krippner et Dr Vaughan traitent du même thème macabre : la mort. Les sceptiques répondent que de tels rêves finissent par correspondre tôt ou tard à un décès réel. Mais les chercheurs soulignent que des millions de gens rêvent chaque nuit et que plus que partout ailleurs, le champ des rêves est infini. Peut-on tirer la moindre conclusion catégorique face à un tel chaos de possibilités ? Et quelle proportion de correspondances frappantes doit-on exiger avant d’estimer que l’explication du hasard cesse d’être valide ?

L’équipe de chercheurs formée par les auteurs de cet ouvrage sont docteurs en psychologie et la psychologie est loin d’être une discipline qui tend à élaborer des preuves. Nombre de courants de la psychologie débattent de concepts contradictoires de façon parfois véhémente. Ces expérimentations, malgré l’extrême rigueur méthodologique dont elles ont fait l’objet, ne visaient pas à établir des preuves mais à constater un phénomène par le biais de calculs statistiques de probabilités et de correspondances thématiques. Les résultats ne peuvent aucunement s’appréhender qu’à travers une perspective purement logique comme le voudrait une science exacte. En matière de logique, les conclusions que l’on peut ou ne pas tirer d’un ensemble de prémisses n’est pas du tout une affaire de hasard; le mécanisme du raisonnement scientifique est défini avec précision par des règles, des conventions, des lois. Si l’on dit qu’on parvient à tel ou tel résultat on implique que quiconque partirait des mêmes prémisses, parviendrait à une conclusion parfaitement identique, à moins d’avoir commis une erreur de logique. C’est pour cette raison qu’il est impossible à ce jour d’établir la preuve matérielle de la télépathie. Toutefois, il se pourrait que cette incapacité à établir une telle preuve irréfutable ne soit pas forcément imputable à la nature même du phénomène. L’obstacle se situe peut-être dans les méthodes communément admises par la pensée scientifique ou logique. Il n’est pas exclu que les scientifiques du futur, dotés de nouvelles données n’apportent des modifications à leur logiciel. Il n’est pas inutile de rappeler qu’au cours de l’histoire, les méthodologies appliquées à la science et à la raison n’ont pas été un système figé, mais plutôt un processus de dynamiques qui ont évolué au gré des nouvelles découvertes.

Cette expérimentation ne nous enrichit pas de conclusions, ni de démonstrations, ni de preuves mais d’un bagage tangible de constats, de questions et de faits troublants qui appellent la curiosité et l’ouverture d’esprit. La question centrale est de ce fait, en quoi la télépathie peut-elle nous affecter ? Ce qui n’est pas démontré peut tout de même exister, malgré ce que l’on en pense…

 

LIRE AUSSI :

 

Des rêves prémonitoires à l’origine de grandes découvertes scientifiques

Une approche sociologique de l’interprétation des rêves


Avatar

Manon

Passionnée par le monde onirique et sa tradition, Manon est rédactrice du blog Interprétation Des Rêves depuis sa création. Elle a suivi différents stages de formation sur l'analyse des rêves et ses méthodologies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *